0


Ouverture du caveau

Du lundi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h30. Dimanche et jours fériés sur rendez-vous.

Exceptions mai 2018 :
samedi 19 mai : ouvert le matin, fermé l’après-midi
dimanche 20 mai : ouvert l’après-midi
lundi 21 mai / pentecôte : ouvert toute la journée
dimanche 27 mai : ouvert l’après-midi

**********

Le domaine viticole, depuis 900 ans dans la même famille

Le Château de Jonquières est historique en Languedoc ! Toujours transmis depuis ses origines au 12e siècle, il est certainement le plus vieux domaine viticole et familial de la région.  On y trouve des archives datant du 13ème siècle où il est déjà question de terre à vignes. Les vins reçoivent une reconnaissance nationale et internationale au 19e siècle avec une médaille d’argent à l’Exposition Universelle de 1889 et la présence des vins sur une « Price List »  d’un importateur à Toronto, Quetton St Georges, datant de 1870.

Lorsque François de Cabissole reprend la propriété en 1975, à la suite de son père et son oncle ; le raisin est apporté à la cave coopérative. Ayant participé jeune garçon aux vendanges et l’élaboration du vin dans les caves du château avec sa grand-mère, son souhait est de faire revivre cette activité dans les murs. Avec Isabelle, son épouse, ils réhabilitent la cave et commencent à vinifier en 1992 : ils sont parmi les premiers à croire au potentiel de ce terroir, aujourd’hui AOC Terrasses du Larzac.

Depuis 2014, Charlotte et Clément de Béarn (leur fille et gendre) ont repris la partie vigne et vin. Avec près de 8ha conduits en Agriculture Biologique, ils produisent aujourd’hui environ 30 000 bouteilles en rouge, blanc et rosé. Les vins sont distribués en France dans le réseau traditionnel caviste et restaurant, auprès des particuliers ainsi qu’à l’export.

Les vignes et les vins, en Agriculture Biologique

Depuis toujours travaillées avec respect, les terres sont labourées sur le rang et entre les ceps. Une taille courte, des travaux de printemps justifiés, des traitements soignés et des vendanges manuelles avec tri, permettent d’exprimer toute les qualité de notre terroir. Chaque parcelle reçoit un soin personnalisé en fonction de l’âge et du cépage.

En rouge, nous cultivons les cépages carignan, cinsault, syrah, grenache et mourvèdre, particulièrement adaptés au climat méditerranéen.
La parcelle de carignan, plantée par l’arrière grand-mère de Charlotte il y a 80 ans donne des résultats exceptionnels.

Le chenin blanc et le grenache blanc composent les vins blancs. Planté il y a une trentaire d’années à titre expérimental, le chenin apporte fraicheur et finesse aux vins.

Dans la cave semi-enterrée, pas d’excès de technique, mais une grande rigueur et la volonté d’exprimer le terroir et le travail effectué dans les vignes.

Ceci grâce à l’utilisation des levures indigènes (naturelles), aux contrôles des températures avant, pendant et après les fermentations, au travail des moûts (remontages et quelques pigeages) et à des pressurages doux.

Les vinifications se font séparément pour assembler les différents cépages au mois de décembre. Les cuvées Lansade sont élevées en cuve et Les Baronnie sont entonnées en début d’année pour 12 à 18 mois en barrique de 500L à 700L.

Le Terroir de l’AOC Terrasses du Larzac

Au coeur de l’AOC Terrasses du Larzac, le vignoble du Château de Jonquières s’étend sur 8 hectares. Lové sur les contreforts du Larzac, situé à 40 km à l’ouest de Montpellier, ce grand terroir est marqué par la fraîcheur qui descend du plateau, avec pour repère symbolique le Mont Baudile culminant à plus de 850 mètres.

Cette situation géographique particulière – avec de grandes amplitudes thermiques jour/nuit en été – favorise une maturation lente et progressive des raisins, bénéfique pour la complexité aromatique et la fraîcheur des vins.

Les vignerons, plus de 30 générations

Depuis 2014, Clément et Charlotte de Béarn, 32ème génération.

Arrivés au printemps, Charlotte et Clément ont fait leurs premiers pas dans la vinification durant le millésime 2012.

L’année 2013 a été consacrée à une formation viticulture/œnologie à Pézenas. Puis en janvier 2014, ils s’installent et deviennent vignerons. L’aventure peut donc commencer / continuer !

Charlotte : « Après mon baccalauréat, j’obtiens une bi-licence Sciences Economiques / Anglais puis j’intègre Sup de Co Reims en Master. Si je choisis Reims, c’est par attirance pour le domaine du vin et je sais que des cours sur ce thème y sont proposés. En fin de licence, je fais d’ailleurs un stage dans une entreprise de négoce. Durant mon cursus, je fais plusieurs « aller-retour » entre les RH, la communication et le secteur du vin… Mais pendant toutes ces années, je participe aux différents travaux du domaine, dans la vigne au printemps ou aux vendanges, dans le bureau, à l’embouteillage ou à la vente – même à distance ! L’idée de reprendre commençait à me titiller… »

Clément : « De formation commerciale, j’obtiens un BTS puis un master en Management des PME. J’effectue ces quatre années en alternance dans l’évènementiel puis dans une banque. Passionné par la cuisine et l’entrepreneuriat, je pars en Australie en 2010 où je travaille dans un restaurant. A mon retour, j’hésite entre reprendre un master de gestion hôtelière ou un CAP cuisine. Finalement, notre projet me conduit à abandonner ces deux options et à m’impliquer à Jonquières. Moi aussi, je suis né dans une famille « de vin »; mes deux grand-pères étaient viticulteurs à Montpellier et Béziers… »

 

De 1974 à 2014, François et Isabelle de Cabissole, 31ème génération

François s’installe à la suite de son oncle dans les années 70; il restructure et replante le vignoble – à cette époque en cave coopérative. En 1982, Isabelle, alors étudiante, vient vendanger et le rejoint finalement en 1983… Ensemble ils relancent la cave particulière à la récolte 1992 et participent avec entrain et conviction à la virée qualitative des vins du Languedoc.

Ce que Francois et Isabelle préferaient dans leur métier c’était « la liberté » de travailler au milieu des vignes à leur propre rythme et de faire le vin qu’ils aimaient. Ces vignerons avaient un rêve dont l’aboutissement étaient la transmission de ce patrimoine : « Que les pierres puissent rester et que la suite soit possible et ouverte de telle sorte que ce nous avons entrepris se pérennise ! » Disons que c’est chose faite.

Découvrez l’histoire détaillée et l’architecture du Château de Jonquières